Le bulletin de MARS 2002

 

Le Sacrement de Confirmation

L

es 9 et 10 mars 2002, près de 200 jeunes vont être confirmés sur le doyenné ; un événement majeur dans leur vie de chrétien. Après le sacrement du baptême qui les a fait entrer dans la famille des enfants de Dieu, ils vont recevoir le sacrement qui les confirme dans leur appartenance à Dieu.

 

         Par le sacrement de Confirmation, Dieu dit à chacun : « Tu es mon enfant bien-aimé, et je ne regrette pas de t’avoir accueilli comme tel le jour de ton baptême. Aujourd’hui, je mets en toi toute la puissance de mon Esprit. Il te donnera la force et le courage de dire ta foi chaque jour, pour te donner par amour aux autres. »

 

         Celui qui reçoit le sacrement de Confirmation devient pleinement chrétien. Il reçoit en germe la plénitude de la vie de Dieu. Il est désormais adulte dans la foi. Voici, en quelques mots, comment ils se sont préparés à ce sacrement durant plusieurs mois.

 

            Les jeunes se retrouvent environ toutes les trois semaines en équipes de 5 à 9. Un rythme qui leur permet de prendre du temps pour faire autre chose, notamment garder leurs autres activités. Ils font ainsi une expérience d’équipe qui s’inscrit dans la durée ; même si la durée peut faire peur au début.

 

            Cinq « Temps Forts » ont ponctué ce temps de préparation.

 

wUne journée à Chavagnes, en janvier 2001, où les jeunes ont découvert les signes de l’Esprit (eau, vent) et des textes bibliques relatifs à l’Esprit Saint.

wUne matinée de rencontre en mars avec tous les groupes d’Eglise du doyenné.

wUne veillée-prière en juin, animée par un groupe, se terminant par une célébration eucharistique.

wUne matinée à Luçon, en octobre, pour découvrir la dimension diocésaine de l’Eglise ; ils ont visité la cathédrale et rencontré l’évêque.

wUn spectacle en janvier 2002, préparé et animé par les « grands jeunes » du doyenné, sur le thème : « Quoi faire après la Confirmation ? »

 

            Il y a eu aussi une marche suivie de la veillée pascale, le Pèlerinage de Lourdes en août pour une quinzaine d’entre eux, deux célébrations avec la communauté de leur relais et une célébration du pardon en Paroisse.

 

            Pour nous, accompagnateurs, il n’est pas toujours facile de rejoindre les jeunes dans ce qui fait leur vie et dans leur foi. Notre souci est de leur permettre de créer des liens entre eux, leur donner le goût d’être avec d’autres, les éveiller à l’intérêt de se retrouver en groupe pour partager leur foi, et ainsi prendre leur place dans la vie et dans l’Eglise.

 

            Il nous semble également important que des jeunes parlent aux jeunes. C’est pourquoi nous favorisons les rencontres directes avec d’autres jeunes de quelques années leurs aînés. Il nous faut sans cesse être inventifs, chercher à les rejoindre là où ils sont, pour mieux les connaître, les comprendre et mieux les aider à tracer eux-même leur chemin ... avec l’Esprit de leur baptême et de leur Confirmation.

 Abbé Paul MORINEAU

Paroisse Sainte-Croix

Des parents témoignent

 

 

L

’importance du sacrement de Confirmation pour nos enfants me semble évidente pour affirmer, par une démarche personnelle et librement consentie, leur foi en Dieu et leur adhésion à l’Eglise.

            En tant que parents, notre responsabilité est d’inciter fermement nos enfants à se mettre en chemin, même en cas de refus initial, car il s’agit pour eux d’une « chance » qui ne se représentera peut-être plus jamais au cours de leur vie. Rares sont les jeunes qui abandonnent en cours de route.

            La préparation est longue, sérieuse et parfois exigeante ; elle permet de mieux connaître l’Histoire Sainte et l’histoire de l’Eglise ; de mieux comprendre sa propre place au sein de cette Eglise ; de jeter les bases de ses engagements futurs par la connaissance des multiples facettes des mouvements d’Eglise

            Je suis certain que le sacrement de Confirmation contribue à construire une vie sur des fondations solides qui ne s’effondreront pas aux multiples tempêtes de l’existence.

J.L. LAMPERIERE

Mouchamps

 

Animateur d’un groupe, il témoigne ...

 

 

A

ccompagner une équipe de Confirmands est une expérience qui se révèle toujours très positive. Cela m’a permis d’être au contact d’une génération de jeunes que je n’ai pas forcément l’occasion de côtoyer d’habitude. Cela a été très enrichissant de les rencontrer régulièrement, d’apprendre à les connaître et d’échanger avec eux. Je suis heureux de partager ma foi avec eux et de pouvoir leur apporter quelque chose dans leur vie de jeunes chrétiens, car eux aussi m’apportent beaucoup. Grâce au cheminement proposé dans leur livret, les jeunes ont pu dialoguer, réfléchir, se remettre en question par rapport à leur foi, découvrir le Christ et qu’elle sera leur vie de Confirmés. Moi-même, animateur, je suis amené à vivre ce cheminement en même temps qu’eux et profite donc de cette démarche dans ma vie de chrétien. De plus, pour nous aider à accompagner nos équipes, des réunions avec les autres animateurs sont organisées par l’équipe paroissiale chargée de la Confirmation ; j’en profite d’ailleurs pour la remercier. Celles-ci nous sont très bénéfiques car elles nous permettent d’avoir les grandes lignes à suivre et des explications souvent nécessaires pour aborder les thèmes dans les meilleures conditions possibles avec les Confirmands. Tout ceci constitue pour moi de multiples découvertes et richesses qui m’ont apporté autant que ce que j’ai pu apporter aux Confirmands.

Vincent DREILLARD

Chantonnay

Témoignage de futurs Confirmands

 

 

A

près notre Confirmation, nous aimerions participer à l’animation des messes de jeunes. Nous aimerions aussi que l’équipe reste unie pour que l’on puisse se retrouver pour parler, une fois par mois.

 

Marie, Audrey, Laëtitia

Equipe d’Elisabeth Menanteau (Saint-Martin)

 

 

Une paix à construire - Une paix à inventer

 

 

C

onférence de M. Guy Aurenche, à Chantonnay, le 9 février dernier. Une soirée placée sous le signe de l’Espérance.

 

            « La Paix est à notre portée et toujours à construire.

            Une conviction fondamentale : la dignité de la personne humaine.

 

Ð Il faut rechoisir chaque matin la dignité de chaque personne ;

Р     refuser la discrimination : gare aux étiquettes qui collent et à la discrimination qui en découle.

 

            La dignité humaine, ce n’est pas du baratin : chaque personne est digne de notre sourire, de notre accueil, de notre écoute, même dans notre quotidien.

            Ne pas laisser dire ce qui étiquette, ce qui marginalise, c’est déjà un chemin de paix.

 

            1 - Nous cheminons la paix en utilisant l’outil de droit, car le droit est une étape de justice (droit au logement, aux soins, etc ...). Attention à la bonté, à la charité qui ne tiendraient pas compte de la justice.

            Le droit : un engagement politique ... Ce n’est pas du luxe, c’est le minimum vital. Il est important que chaque personne soit responsabilisée et consciente de ses droits (car le droit est une face de la médaille dont l’autre est le devoir). Ne pas accepter l’impunité.

           

            2 - Nous cheminons la paix en participant à l’alliance.

            Partenaires : réseau de personnes qui se donnent la main. Comment nous situons-nous dans ce partenariat pour refuser la faim, la guerre, la torture. Il faut faire en sorte que l’inacceptable recule (ACAT - Action Chrétienne pour l’Abolition de la Torture). Serons-nous de ceux qui, avec nos petits moyens, font que l’inacceptable recule ?

            Voilà un défi de paroisse, de commune.

            Il est important d’approfondir nos convictions.

            Il est important d’être des lieux où le débat est possible.

 

            3 - Nous cheminons la paix en agissant politiquement.

            Quelles occasions nous donnons-nous d’être citoyens.

            Quel apprentissage de la citoyenneté transmettons-nous ?

            Il est important de se manifester auprès de nos politiques, pas seulement pour les crottes de chiens sur les trottoirs, mais aussi pour leur redire - à ceux que nous avons élus -, que la paix, la justice, etc., nous intéressent.

 

            4 - Nous cheminons la paix en faisant face à la peur que provoque la mondialisation.

            Cette construction va exiger des mesures nationales et universelles à ne pas laisser aux seuls banquiers, terroristes et militaires.

            Ne nous désintéressons pas des F.M.I. et autres instances. Il y a un débat politique et économique à argumenter pour que des décisions soient prises au niveau national et international.

 

            5 - Nous cheminons la paix par la pédagogie de la confiance.

            La paix exige la confiance. Faire la paix, c’est prendre le risque d’être déçu ; prendre le risque, risquer la confiance.

 

            6 - Nous cheminons la paix par la prière.

            La prière, c’est la sève, le ressort, le souffle. C’est le lieu où je prends le risque de comprendre. La prière, c’est le lieu où je risque une confiance.

 

            7 - Nous cheminons la paix ? »

 

            Des réflexions émises lors du débat :

 

            ¨ La paix ne peut jamais être construite avec quelqu’un d’humilié. <Tu es capable aussi d’autre chose>.

 

            ¨ Ne plus faire confiance aux politiques est un discours de démission ... Nous sommes en démocratie ... Nous avons le devoir de questionner nos politiques, nos élus, de leur dire ce que nous pensons.

 

            ¨ La compassion citoyenne est un chemin de paix. 

 

 

Notes prises par Mme PIFFETEAU

Chantonnay

 

Informations de doyenné

 

@  Les jeunes du doyenné se retrouveront à Mouchamps, salle Notre-Dame, le samedi 2 mars à 14h.30, pour préparer la marche pascale du samedi 30 mars. Cette marche partira de La Grainetière aux Herbiers à 15h.30 et, après trois étapes, rejoindra Mouchamps pour la veillée pascale à 21h.00. Les jeunes devront apporter un pique-nique et une tenue de rechange qu’ils déposeront salle Notre-Dame à côté de l’église vers ..h.00.

 

@  Le samedi 23 mars à 14h.30 au local paroissial des Essarts, les jeunes du doyenné se retrouveront pour un temps de réflexion sur le thème des J.M.J. « Vous êtes le sel de la terre ... vous êtes la lumière du monde. » La soirée se poursuivra avec le film de leur spectacle réalisé à Sainte-Cécile « Il était une foi ... » et se terminera par le verre de l’amitié.

 

 

 

 

retour